Menu

Peugeot 3008 GT : plus haut de gamme que dynamique ?

Quelques semaines après la révélation de la nouvelle 3008, c’est au tour de la version GT d’être dévoilée. Véritable concentré du meilleur technologique au sein d’un écrin très qualitatif, tour d’horizon des spécificités du modèle… et de sa motorisation.

Ailes élargies, grandes roues de 19 pouces (235/50/19) montée en pneus toutes saisons , associées à des trains roulants optimisés, calandre redessinée : la posture gagne en dynamisme et en prestance.
Le chrome entourant la calandre disparaît de la face avant, pour un traitement bi-aspect encadrant des facettes disposées comme un damier, évoquant l’univers de la compétition. Les clignotants adoptent une animation défilante, tandis que les rétroviseurs sont dotés d’un guide de lumière projetant au sol le logo de la Marque. Vue de profil, les traits tirés de la voiture suggèrent la robustesse, et la sécurité : éléments primordiaux dans l’achat d’un SUV, où l’on veut s’y sentir à l’abri. Sur les versions dotées de la peinture en coupe franche, la partie arrière est traitée en noir tandis que le reste pourra être gris platinium, gris amazonite, ou metallic cooper : quid des couleurs plus chatoyantes ? On notera le badge GT cuivré posé sur les ailes avant, mais inexistant sur la face avant : dommage, il aurait permis une distinction plus aisée. L’imposante partie arrière évolue aussi, en intégrant deux décors de canules d’échappement rajoutant un côté sportif sans baigner dans l’extravagance : l’esprit GT se la joue discrète et chic à la fois. Quant au toit, il est peint de série en noir sur la gamme GT : avec son toit ouvrant en verre, il fait baigner un peu plus 3008 dans le haut de gamme, et c’est tant mieux.

Même constat à l’intérieur, avec un décor reprenant des touches cuivrées rappelant quelques concept-cars de la Marque : l’ensemble est soigné, sérieux. Rien ne verse dans le too much, c’est fait avec goût et discrétion, sans surpiqûres rouges cette fois-ci. Les designers traitent l’esprit GT en s’imprégnant pleinement du haut de gamme sans rapport à la sportivité GTi : les coutures passent en couleur cuivrée sur les éléments du tableau de bord, les contre-portes, la sellerie cuir, ou encore le volant cuir à deux branches badgé GT. Chêne vieilli, inox, acier satin, repose-pieds, ambiance noire sérieuse : autant d’attributs que de qualité perçue à bord, sans oublier l’aspect technologique avec un levier de boite automatique stylisé et un combiné d’instrumention tête haute à l’interface traitée dans les mêmes tons que l’habitacle.

Pour le côté sportif, on pourra compter sur le Driver Sport Pack et ses options dynamiques intéressantes : amplification sonore, ambiance lumineuse et animations visuelles donnant au vaisseau un côté plus dynamique.

Du côté des motorisations, une seule est proposée au catalogue : il s’agit du 2.0L BlueHDi de 180 chevaux, couplé à une boite automatique EAT6 : s’il ne fait pas de doute que les ventes seront au rendez-vous, on regrette néanmoins l’absence d’une motorisation essence plus puissante, ne serait-ce que pour l’image renvoyée Outre-Rhin… Quant à la gamme GT Line et ses motorisations plus accessibles, elle est aussi de la partie : idéal pour avoir les attributs esthétiques de la GT sans pour autant avoir une grosse motorisation. A suivre avec un modèle hybride peut-être, ou une version GTi qui mettrait tout le monde d’accord ? En tout cas, cette 3008 nouvelle version saura convaincre les clients potentiels, grâce à ses attributs très haut de gamme et son look résolument dynamique. Rendez-vous au Mondial de Paris en octobre pour les premières commandes, et les tarifs qui vont avec.

Retrouvez la séquence de découverte #BigUnboxing :

Sources : Peugeot

A propos de Tobias

Je combine ma passion pour l'écriture à celle de la 205 GTI, en passant par la photographie, les nouvelles technologies, et beaucoup de curiosité.

1 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.