Menu

Les Grandes Heures Automobiles à Montlhéry : retour au bon temps

Réunir dans un même endroit un circuit mythique et des voitures qui le sont tout autant. Nous avons réglé nos montres aux Grandes Heures de l’automobile. Panorama des trésors du week-end et des surprises qui attendaient les visiteurs. En piste !

Prenez un circuit en région parisienne, dont l’histoire le relie directement aux grands événements sportifs d’antan : Montlhéry. Et pour que le circuit prenne tout son sens, il lui faut un public, et… des voitures, des motos, de tous les âges, de toutes les catégories. Au-delà du vaste parking visiteurs où s’étalaient les voitures de monsieur-tout-le-monde et d’autres plus exclusives, on retrouvait les stands des Clubs qui exposaient, et ceux des passionnés qui ont inscrit leurs voitures dans les différents plateaux existants : Monoplaces, Moto, Vintage/Rallye, GT/Moderne, Avant-Guerre, Youngtimers… et les Groupe B.

Groupe B : retour éphémère à Montlhéry

Bandes PTS, gros ailerons et des vocalises pleines : les 205 Turbo 16 ont envahi l’anneau de vitesse de Montlhéry, pour le plaisir des amateurs. A l’instar de leur omniprésence en groupe B, les Peugeot ont fait leur show, avec, en star, Bruno Saby aux commandes d’une Turbo 16 Evo 2 développant près de 600 chevaux : « Il faut des bras », dit-il au micro du speaker sillonnant les allées pleines de curieux, ces mêmes allées où l’on peut croiser certains noms de l’automobile ou de la presse spécialisée : en toute décontraction, nous échangeons quelques mots avec Monsieur Pescarolo, Denis Brogniart et tant d’autres…

Si les Groupe B ont fait leur show comme avant, comme à la grande époque, ce ne sont pas les seules Peugeot qui se sont illustrées ce week-end là : les plus récentes 308 GTi dont nous avions pris le volant ont montré de quoi elles étaient capables sur circuit, avec, en chef d’orchestre, une mystérieuse 308 bâchée…

La 308 RHybrid ouvre le bal des baptêmes de piste

500 chevaux répartis entre le train avant et arrière, et distribués par 3 moteurs, dont 2 électriques et un essence THP de 270 chevaux : ce véhicule de développement est celui des équipes Peugeot Sport. Fiers de leur travail abouti qui ferait presque penser à un modèle commercial, certains chanceux ont pu découvrir le circuit de l’intérieur de la RHybrid de développement : quelques fils qui se promènent, un boitier numérique supplémentaire : le reste est identique à une GTi de série, si ce n’est des sièges baquets très enveloppants, et une ligne d’échappement libérée : la sonorité n’est plus factice, et il paraîtrait même que des flammes étaient visibles à l’arrière… Impressionnant ! A bord, une poussé franche et continue, sans à-coups, grâce aux moteurs électriques qui lissent les passages de rapports, déjà très fluides grâce à la boite automatique EAT6. Autant se le dire de suite : l’efficacité de la 308 RHybrid n’est plus à présenter : maintenant, il faut la commercialiser. Il manque quelques feux verts, mais attendons le restylage de la 308, prévu pour le salon de Genève 2017, avant de déclarer 308 RHybrid mort-né… Attendons, attendons ! En tout cas, les 308 GTi sont commercialisées et ont, elles aussi, roulé à rythme soutenu durant ces deux journées !

Concours #MonSacréNuméro : suite et fin !

Nous l’avions annoncé ici : Peugeot et l’Atelier du Musée de l’Aventure Peugeot proposaient à trois propriétaires de 205 de gagner une restauration intégrale de leur voiture. Après délibération du jury sur des critères d’usage de la voiture, de son entretien ou encore de son histoire, les résultats sont tombés et les trois gagnants ont pu repartir avec des 208 flambantes, le temps que les 205 rajeunissent de quelques années… Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant !

Les 205 GTi envahissent l’anneau

En compagnie de nos amis du 205 GTi Club de France, nous avons paradé avec les 205 sur le circuit, là où, quelques heures plus tard, les Groupe B retourneront pousser des vocalises : que d’émotions pour les conducteurs passionnés que nous sommes ! Poser les roues de nos Lionnes sur un circuit mythique, qui, comme nos 205, a marqué une époque, aujourd’hui révolue…

Nouveau SUV Peugeot 3008 : l’intrus bienvenu

En parrain officiel des Grandes Heures Automobiles, Peugeot a mis a disposition de l’organisateur des 3008 Safety Car : il est plaisant de voir les premiers tours de roue du prochain SUV de la Marque, qui, dans sa finition GT, attire l’oeil, jusqu’à ce que les convois des véhicules d’exception déboulent sur la piste ! Au côté de la 3008 exposée, on retrouve notre vieille amie 208 T16 Pikes Peak, restée sagement au bord de la piste : la démonstration, ce sera pour une prochaine fois !

On plie les bagages, retour maison !

Fin de dimanche, il est temps de repartir… avec des souvenirs gravés sur les cartes des appareils photos, et la tête pleine de sonorités, les yeux qui pétillent. Il est temps aussi de remettre ses pendules à l’heure : au retour à la maison, nous remettrons à l’heure nos pendules : nous sommes en 2016, les Grandes Heures de l’automobile sont derrière nous… Jusqu’en 2017, où la troisième édition de ces journées est attendue avec impatience !

Nos remerciements à toute l’équipe Peugeot, en particulier à Aurélie Denizanne pour son invitation.

A propos de Tobias

Je combine ma passion pour l'écriture à celle de la 205 GTI, en passant par la photographie, les nouvelles technologies, et beaucoup de curiosité.

1 comments

Laisser un commentaire